PEGASUS : souriez, vous êtes espionnés…

Celles et ceux qui ont déjà eu vent des activités de l’entreprise NSO Group, savent qu’elle est spécialisée dans la commercialisation de logiciels espions et expertes dans le domaine des écoutes téléphoniques. Parmi sa clientèle figure des pays désireux de garder à l’œil tout ou partie de leurs compatriotes et/ou cibles potentielles. Le fleuron de la gamme de programmes espions de NSO Group, n’est autre que Pegasus. Ce malware serait opérationnel depuis 2013.

Pegasus, un soft espion qui s’intéresse à vous…

Quelle que puisse être le système d’exploitation de l’appareil, Pegasus est un programme qui brille à la fois par son efficacité et par sa curiosité. Recourir à ce logiciel garantit une collecte d’informations sans précédent.
Tout appareil Android ou Iphone ciblé par Pegasus devient transparent. C’est ainsi que des informations confidentielles telles que les photos, les SMS, les appels (entrants et sortants), les emails, la géolocalisation, et globalement tout ce qui a trait à vos activités ne relèvent plus de la sphère privée…
Alors certes, le citoyen lambda n’a pas réellement de souci à se faire tant qu’il n’a rien à se reprocher, mais il n’en demeure pas moins que ce logiciel-espion est en mesure d’accéder à des données externalisées dans le cloud. Pour ce faire, un simple clique sur un lien malicieux et le tour est joué.

Outre ces fonctionnalités, le programme espion Pegasus est en capacité de contrôler à distance tel un RAT (Remote access tool) n’importe quel smartphone. Cette possibilité ouvre le champ des possibles et notamment la voie à une authentification à double facteur.

Quels appareils sont vulnérables à Pegasus ?

Pratiquement tous les smartphones sont susceptibles d’être l’objet d’intrusions.

Quelles sont les cibles types de ce logiciel d’espionnage ?

Nul besoin d’être dans le secret des dieux pour en déduire que n’importe quel opposant politique, lanceur d’alerte peut être hacké.

Qui se cache derrière NSO Group ?

Il s’agit d’un entreprise de sécurité informatique israélienne qui a officiellement vu le jour courant 2010. Une pléïade d’Etats bafouant la démocratie et les droits de l’homme parmi lesquels figure l’hexagone recourent aux services de ce soft d’espionnage israélien.

Facebook, Google, Dell, Cisco et Microsoft dénoncent la montée en puissance de NSO Group et surtout la dangerosité de son système de surveillance à distance.

News