Gare au phishing avec usurpation d’identité

Gare au phishing avec usurpation d’identité

Alerté par quelques-uns de nos fidèles lecteurs et ayant reçu entre-temps le même mail relevant du phishing (hameçonnage) avec usurpation d’identité, nous nous devions de partager cette tentative de fraude.

Dans le but d’expliquer les rouages de cette arnaque par mail et de prévenir d’éventuelles victimes, voici le mail tel que nous l’avons reçu :

DIRECTION GENERALE DE LA POLICE JUDICIAIRE
DIRECTION DE PROTECTION DES MINEURES

Je suis Madame Solange *******, Commissaire divisionnaire, chef de la brigade de protection des mineurs (BPM), je vous contacte peu après une saisie informatique de la Cyber-infiltration (autorisée notamment en matière de pédopornographie, pédophilie, Cyper pornographie, exhibitionniste, trafic sexuelle depuis 2014) pour vous informer que vous faites l’objet de plusieurs Poursuites Judiciaires
en vigueur:

_La pédopornographie
_La pédophilie
_L’exhibitionniste
_La Cyber pornographie
_Le trafic sexuelle

Pour votre information, La loi de mars 2007 aggrave les peines lorsque les propositions, les agressions
sexuelles ou les viols ont pu être commis en recourant à internet et vous avez commis les infractions après
avoir été ciblé sur internet (site d’annonce), puis pendant des échanges Mails (Messagerie Instantané) avec
plusieurs mineurs, les photos dénudées de vous que vous envoyez aux mineurs ont été enregistrés par
notre cyber-gendarme et constituent les preuves de vos infractions.

Vous êtes prié de vous faire entendre par mail en nous écrivant vos justifications pour qu’elles soient mises
en examen et vérifiés afin d’évaluer les sanctions, cela dans un délai strict de 72 heures. Passé ce délai
nous nous verrons dans l’obligation de transmettre notre rapport à Madame Christine *****, procureure
adjointe au tribunal de grande instance de ******* et spécialiste de cybercriminalité pour établir un mandat
d’arrêt à votre encontre, le transmettre à la Gendarmerie la plus proche de votre lieu de résidence pour
votre arrestation et vous fiché comme délinquant sexuel, transmettre votre dossier à plusieurs chaînes de
télévision nationale d’information pour une diffusion ou votre famille, vos proches et toutes la France entière
verront ce que vous faites devant votre ordinateur.
Pour tous informations écrivez à cette adresse : brigade**************@gmail.com
Maintenant vous êtes prévenu.
Cordialement,
Madame Solange ********, Commissaire Divisionnaire,
Chef de la brigade de protection des mineurs (BPM)

Maintenant vous êtes prévenu.
Cordialement,
Madame Solange ********, Commissaire Divisionnaire,
Chef de la brigade de protection des mineurs (BPM)
—————————————————————————————————————————-
DIRECTION CENTRALE DE LA POLICE JUDICIAIRE
BRIGADE DE PROTECTION DES MINEURS
Adresse: 12 QUAI DE GESVRES 75004 Paris

Dans le but de préserver l’anonymat de la commissaire et de la procureure adjointe, nous avons caviardé leur identité.

Analyse des grandes lignes de cette arnaque par mail

Outre le fait d’être truffée de fautes d’orthographe, de syntaxe et d’erreurs de ponctuation, le contenu de ce mail manque de cohérence. C’est d’ailleurs ce point qui doit alerter les internautes. Certes, ce courrier électronique possède le sceau de la police judiciaire, mais pour autant ce n’est pas une preuve en soi.

Seconde aberration et pas la moindre puisque la commissaire divisionnaire vous demande une réponse par mail. Soyons logique, la commission d’un tel acte délictueux nécessite une perquisition.

La fin de ce mail fait état d’un signalement auprès des chaînes de télévisions nationales. Il s’agit d’une pratique totalement illégale dans notre pays.

L’indice le plus significatif concernant cette arnaque réside dans le fait que votre identité n’apparaît nul part. Il est à noter que certaines variantes de ce phishing font état d’une adresse IP qui au bout du compte n’est pas celle de la victime. Pour découvrir votre véritable adresse IP, visitez cette page : http://anonymat.org/vostraces/index.php

Quels sont les effets de cette fraude par phishing sur la victime

Ces escrocs recherchent à créer une confusion, ils tablent sur un effet de sidération. La première chose que l’on pense en recevant un tel mail, c’est que l’on a peut-être été piraté. Après tout, il ne se passe pas une semaine sans que l’on entende parler de hacking…
Ensuite, on peut penser qu’un tiers a peut-être pu accéder à notre ordinateur…
Le meilleur conseil que l’on puisse donner à quelqu’un qui reçoit ce genre de courrier électronique, c’est de vérifier sur GOOGLE en prenant une partie de son contenu et en ajoutant des guillemets de part et d’autre.

Exemple : « mineurs (BPM), je vous contacte peu après une saisie informatique de la Cyber-infiltration »

Procéder de la sorte permet de vérifier s’il y a d’autres personnes dans le même cas et par la même occasion de découvrir le pot aux roses…

Certains internautes recevant ce phishing assez grossier ont tendance à paniquer lorsqu’ils se sentent culpabilisés. Le fait de surfer sur des sites réservés à un public adulte n’est pas un délit tant qu’ils n’enfreignent pas la législation. Exemple mail phishing FR

Compte tenu des multiples incohérences relevées, il y a fort à parier que ce phishing provienne d’un cyber café en Afrique.

News